C'est la continuité d'une très belle aventure humaine, de nous mammifères.

 

Mais aussi une aventure particulière, car nous sommes, bel et bien, différents des autres espèces allaitantes. La compréhension, l'intelligence humaine est bien plus importante, voir encore plus difficile à cerner que nos cousins animaux.

 

Il n'en reste pas moins que nos instincts sont là et que la suite logique d'une grossesse, d'un accouchement et inclus dans notre nature, et notre nature est faite pour donner à manger à nos petits au sein.

 

Tout cela est bien primaire, mais c'est pourtant ce qui nous concerne tous !

 

Pourtant et de manière bien compliquée, nous avons une raison, une pensée, une critique, etc.

 

Nous avons aussi des scientifiques, des industries, des pays occidentaux, des droits qui ont évolué, des statuts qui ont changé et tout récemment à l'échelle humaine, nous avons vu la propulsion de la femme dans le monde du travail, des responsabilités et un arrachement des attachements à nos bébés.

 

Une femme se doit disponible, détachée, et responsabilisée vis à vis de la société.

 

Le lait de vache donné directement ne fonctionnait pas, les nourrices n'était pas toujours dans des statuts sanitaires adéquates, il y a eu beaucoup de perte de bébé humain et on a cherché.... et puis on a trouvé, la manière de transformer un lait disponible en grande quantité (le lait de nos vaches) et pouvant couvrir les besoins de milliers, voir de tous les bébés naissants.

 

En un demi-siècle, nous avons formatés de nombreux pays industrialisés sur ce nouveau mode d'alimentation, les transmissions de connaissances humaines sur la lactation se sont vues disparaitre. Tout cela est devenu inconnu, mystérieux, et maintenant spécialisé.

 

Ce sont des constats nombreux et différents, sur diverses pathologies, divers désagréments, et une réelle volonté des mères de reprendre leur place, qui a pu rendre l'allaitement de nouveau possible pour une majorité de femmes.

 

MAIS, malgré un allaitement démarrant pour un peu plus de 3 femmes sur 4 en France, nous sommes et restons l'un des pays qui à la plus sensible baisse de lactation au monde. Seules 50 % à la sortie de maternité à encore allaiter, et seulement 10% à 10 semaines (ce qui correspond à la fin du congés maternité).

 

Couplez ce constat, avec les méconnaissances des personnels soignants, les idées reçues de la population et la grande publicité pour le lait en boite qui a envahi nos rayons de supermarché et de pharmacie.

 

Je ne vous apprends rien, vous le savez tout ça. Cependant, je me pose encore la question de pourquoi tant de femmes commencent, et tant de femmes arrêtent.

 

Les connaissances qui manquent, un forcing inapproprié, un manque de soutien, un peu de tout ça et un peu de tout à la fois.

 

Lisez les articles sur l'anatomie, la physiologie, et tout ce qui concerne l'allaitement ici. Mais surtout, il faut venir échanger, discuter, et participer à des échanges entre mamans.

 

Ces articles sont un complément d'information, des bases, pour comprendre. Rien ne remplace ce qu'on vit pendant l'allaitement, et l'importance d'échanger et de ne pas rester seule.

 

 

Dorothée